Point Marchés Hebdo

<< Retour aux actualités

Point Marchés Hebdo 24/01/17

Les investisseurs sont restés sur un mode attentiste la semaine écoulée, tétanisés par le discours d’investiture du Président Trump. Les actions ont continué leur correction malgré la bonne tenue des indicateurs économiques américains (à savoir des demandes d’indemnisation chômage au plus bas depuis 1973 ; un indice Philly Fed sur des niveaux de hauts de cycle), la publication de résultats corrects par les entreprises américaines pour le 4e trimestre 2016 et plusieurs opérations de fusions-acquisitions d’envergure (Zodiac/Safran ; Essilor/Luxottica). Le discours d’investiture du nouveau Président est loin d’être rassurant. Son credo « America First » ramène en effet sur le devant de la scène la thématique protectionniste que le marché avait préféré oublier ces deux derniers mois.

Autre fait notable, le dollar a continué à céder du terrain face aux principales devises. Ce dernier a en effet été pénalisé par la déclaration historique de M. Trump selon laquelle le dollar est trop fort. La devise américaine est certes forte, mais c’est surtout la première fois qu’un Président commente le niveau du change (rôle traditionnellement dévolu au secrétaire au Trésor), notamment pour appeler implicitement à une baisse du billet vert… M. Mnuchin, nouveau secrétaire au Trésor américain, a tenté par la suite de rectifier le tir en indiquant qu’un dollar fort était sur le long terme dans l’intérêt des Etats-Unis, mais sans être toutefois suffisamment convaincant pour exclure un changement de paradigme de l’administration américaine sur le dollar.

Enfin, les taux longs souverains ont continué leur remontée malgré des discours de banquiers centraux très prudents. Alors que la croissance économique est robuste et que les pressions inflationnistes montent, ces discours ont conduit à une pentification des courbes de taux.

HUGO BOSS a annoncé en début de semaine dernière qu’il atteindrait le haut de fourchette de ses perspectives 2016 d’EBE ajusté, soit une baisse de 17% alors que la fourchette était de -17% / -23%. Sur l’année, les ventes en comparable auront marqué un recul de 2%. Le 4e trimestre est intéressant, avec une rentabilité en hausse en glissement annuel, et surtout un chiffre d’affaires en progression de 2% en Europe (avec une Allemagne en hausse malgré l’augmentation des prix), et de 20% en Chine, à périmètre comparable. Le nettoyage de la vente de gros aux Etats-Unis constituera le principal enjeu de 2017. A cet effet, HUGO BOSS indique que sa stratégie de coupe des ventes chez certains acteurs de gros trop agressifs sur les prix commence à porter ses fruits, avec une progression des ventes sur son réseau en propre de 4% au niveau mondial. Globalement de bonnes nouvelles suite à la déception boursière de la « journée investisseurs ». Echiquier Value conserve.

Nous avons également reçu une bonne nouvelle la semaine dernière : l’annonce d’une offre de rachat amical de SAFRAN sur ZODIAC. Présent dans la gestion au travers des fonds Echiquier Agressor, Echiquier Major et Echiquier Patrimoine, ZODIAC est une société que nous suivons depuis de nombreuses années. Après une phase de croissance forte entre 2010 et 2014 qui suivait déjà une tentative de rachat de ce même SAFRAN, le groupe a dû faire face à une crise industrielle dans son activité siège. Au dire de son président lors de sa dernière Assemblée générale vendredi, le groupe s’est trop focalisé sur sa défense vis-à-vis du « prédateur » et pas suffisamment sur la nécessité de muscler son organisation ! L’aspect spéculatif faisait partie des scénarios possibles de notre cas d’investissement, même si nous privilégions le succès du plan sur 3 ans présenté par le management lors de sa dernière publication. Les actionnaires de référence, les familles Dommange et Maréchal, ont décidé de participer à la consolidation du secteur en acceptant l’offre de SAFRAN à 29,47 euros (prime de 26% par rapport au dernier cours). Nous allons aussi apporter nos titres.


Marc Craquelin, Directeur de la Gestion d’Actifs, La Financière de l’Echiquier